BIOGRAPHIE

Parallèlement à ses études à Sciences-po Grenoble, François Rougier a étudié le chant au Conservatoire de Grenoble dans la classe de Paul Guigue puis de Cécile Fournier. Il se perfectionne aujourd'hui auprès de la soprano Sophie Marin-Degor. En 2011, il est lauréat du 22e Concours international de chant de Clermont-Ferrand et finaliste du 18e Concours international d'opéra et de mélodie française des Symphonies d'automne de Mâcon. En 2013, il participe à la première Académie de l'Opéra Comique. Il est membre de la Nouvelle Troupe Favart de l'Opéra Comique depuis 2018.

En 2006, Mirella Giardelli lui confie ses premiers rôles avec Platée et Ferrando dans deux spectacles adaptés des opéras de Rameau et Mozart avec l’Atelier des Musiciens du Louvre. En 2012, il découvre le travail de la metteuse en scène Alexandra Lacroix dans Il Mondo della Luna de Haydn où il chante Cecco puis dans La Chatte métamorphosée en femme d’Offenbach où il chante Guido au Musée d’Orsay. A la suite de cela, il s’engage auprès de sa compagnie, lieu de recherche et d’expérimentation dans le champ du théâtre musical et participe ainsi comme artiste associé à un triptyque de spectacles d’après les Passions de Bach (Et le coq chanta…, D’autres le giflèrentPuis il devint invisible) dont la direction musicale est assurée par Christophe Grapperon, au récital lecture Voix intimes 14-18, à une recherche performative sur Carmen (Le meurtre de Carmen). 

 

De 2014 à 2016, il participe à la tournée CFPL des Caprices de Marianne de Sauguet (rôle de Coelio) sur les scènes du Capitole de Toulouse, de l’Opéra national de Bordeaux, des opéras de Marseille, Limoges, Tours et Reims.

 

Ses qualités vocales autant que scéniques font de lui l’invité régulier de nombreuses grandes scènes d’opéras : l’Opéra national de Paris (Les Huguenots, La Traviata, Carmen), l’Opéra Comique (Le Domino Noir d'Auber, Madame Favart d’Offenbach, Ciboulette de Hahn, Cendrillon de Viardot, Ali Baba de Lecocq), l'Opéra royal de Wallonie – Liège (Le Domino Noir), l'Opéra de Lille (Nabucco), le Festival Radio-France de Montpellier (Fervaal de D’Indy), le Festival Berlioz de la Côte Saint-André (La Prise de Troie de Berlioz), le Théâtre historique de Trondheim en Norvège (Raoul de Barbe-Bleue de Grétry), l’Opéra de Rouen (L’Île de Tulipatan d’Offenbach et Ali Baba de Lecocq), l’Opéra de Limoges (Il Trovatore), l’Opéra de Saint-Etienne (L’Île de Tulipatan d'Offenbach et Le Marchand de Venise de Hahn)…

 

Dans le répertoire d’Oratorio (Passions de Bach, Oratorio de Noël de Saint-Saëns, Messie de Haendel, Messe en Ut de Beethoven…) il s’est produit auprès d’ensembles et orchestres comme l’Orchestre philharmonique de Monte-Carlo, l’Orchestre de la Fondation Gulbenkian de Lisbonne (direction Michel Corboz), le chœur du Capitole de Toulouse, La Chapelle rhénane, Opera fuoco, l’Ensemble baroque de Toulouse…

En récital, on a pu l'entendre à la Maison de la culture de Nevers et à la Maison de la Poésie aux côtés de l’écrivaine Célia Houdart pour une lecture-récital d’après son roman Gil. En 2017, il crée à la Salle Cortot avec les musiciens de l'Orchestre de chambre de Paris la cantate de Pierre-Yves Macé Maintenant de toutes nos forces, essayons de ne rien comprendre. En 2018, il donne un récital d’airs d’opéras français avec la soprano Sandrine Buendia et la pianiste Marine Thoreau-La Salle à l’Opéra Comique et il crée Trois pièces pour voix et électronique du compositeur Sébastien Roux au MACVAL.

Parmi ses projets pour la saison 2019/20, citons : Voi[e.x.s] Chapelle Charbon #2 performance in situ avec la Cie MPDA - Alexandra Lacroix, Hector de Boispréau dans Madame Favart d'Offenbach à l'Opéra de Limoges et au Théâtre de Caen, Piquillo dans La Périchole d'Offenbach à MC2 : Grenoble et à l'Opéra de Versailles, Le Voisin dans L'Inondation de Filidei et Pommerat à l'Opéra de Nantes et à l'Opéra de Rennes, le Requiem de Mozart avec l'Orchestre Symphonique de Mulhouse, la Passion selon Saint Jean avec les Musiciens du Louvre à Gdańsk et Aix-en-Provence.